• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Le départ de Mamie

Le départ de Mamie - Daniel Green

Je venais régulièrement rendre visite à mes grands-parents qui habitaient depuis quelques années, chez une de leurs filles. Ils étaient très âgés. J’avais toujours besoin de ressentir leur existence et leur compagnie lorsque j’avais un peu le cafard. Les quelques paroles qu’ils m’offraient à chaque petite discussion étaient pour moi un trésor qui n’avait pas de prix. J’avais particulièrement beaucoup plus d’affinités avec ma grand-mère qui avait travaillé toute sa vie dans les marchés de Montréal. Elle avait fini par celui Jean-Talon avant de rendre le tablier il y a de cela plus d’une dizaine d’années. Aujourd’hui, à 84 ans, c’était une femme encore pleine de vie qui adorait la compagnie des autres. Une simple visite était pour elle comme le plus beau des cadeaux de Noël. Ce petit bout de femme qui marchait en titubant comme un bébé et qui mettait plus de 10 minutes pour venir ouvrir la porte. Ce bout de femme dont le visage était un enchevêtrement de rides pour qui j’avais non seulement du respect, mais qui donnaient aussi à son visage toutes les bonnes expressions d’une bonne petite mamie. Ce petit bout de femme nous quittait tous aujourd’hui, tranquillement assise sur son fauteuil, avec un léger sourire.

Lorsque j’appelais mes parents pour les avertir du décès de ma grand-mère, je leur demandais d’appeler les autres, car j’avais l’impression de trahir le silence qu’elle imposait dans cette pièce, où elle venait de rendre l’âme. Mon grand-père restait silencieux auprès d’elle. Une heure plus tard, des personnes étaient venues pour déposer le cercueil au milieu du salon. Le lendemain, ma grand-mère était dans son cercueil habillé d’un tailleur et maquillée. Ma tante chez qui nous étions, la regardait, et disait soudainement à ma mère, qu’elle espérait de tout cœur ne jamais finir avec autant de rides sur son visage. Elle avait pour cela, commencé à se faire donner des injections de botox Quebec dans un centre d’esthétique où on lui avait promis et juré, qu’elle ne verrait jamais la moindre ride sur son visage, même après un âge très avancé. Je trouvais que la conversation était plutôt déplacée, et n’avait particulièrement pas à avoir lieu au-dessus du cercueil de ma grand-mère. Je les bousculais toutes les deux, pas trop fort, mais de sorte à ce qu’elles s’éloignent de ma grand-mère, et que je puisse lui faire un dernier adieu dignement. Mon grand-père me rejoignait dans ma prière. Nous disions tous les deux, au revoir à cette petite dame qui quittait le monde avec une très belle expression sur le visage.

 

The author:

author

Grand collectionneur, ce blogue me permet de prendre contact avec des gens qui ont cette même passion que moi. C’est aussi un excellente façon de partager ma vie de professionnel et d’amoureux des jeux vidéos. Oui, je confirme, ma maison doit être pleine de gadgets et de collections et oui - ça rend souvent ma femme complètement folle. Mais ceci dit, comme elle m’aime bien: elle me laisse tout stocker au sous-sol. Je sais, j’ai de la chance. Au plaisir de vous partager davantage mes passions.