• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Paul et ses enfants

Paul et ses enfants - Daniel Green

Pas toujours facile de garder courage chaque matin, pour préparer toute la famille avant de partir à l’école. Paul a trois enfants, et une vie bien remplie. Tous les jours, il se lève à six heures, afin de préparer le début de sa journée. Ensuite, il s’attaque à la levée du camp, c’est parfois une étape compliquée, puis, il prépare les déjeuners de chacun.

Mélissa, sa femme, est partie il y a trois mois, lui laissant la charge de la famille et tout le quotidien à gérer. J’avoue qu’il m’impressionne beaucoup. Nous sommes voisins, et chaque fois que je le croise avec ses trois enfants, rentrant de école ou d’un plein de courses, je me dis que jamais je ne saurais assumer aussi bien que lui si demain, Pascaline décidait de tout plaquer.

Les premiers jours furent difficiles, nous prenions parfois un verre sous l’abri soleil mural de notre terrasse, et il me racontait les difficultés psychologiques que cela entraînait pour ses enfants. Jamais il ne parlait de lui. Pascaline lui proposait parfois de prolonger ce moment passé avec nous en restant souper, elle savait qu’elle faisait aussi plaisir aux enfants de cette manière-là.

Face à cette épreuve, il a décidé de prendre les choses en main. Son travail d’urgentiste à l’hôpital lui prend un temps fou. Il ne peut plus l’exercer comme avant. Il a donc pris la décision de s’installer en ville. Il reprend un cabinet qui fonctionnait déjà très bien, je suis certain qu’il a fait le bon choix.

Pour le moment, la jeune femme qui l’aide pour garder les enfants est encore en service, mais d’ici peu, il pense pouvoir tout gérer lui-même. Le regarder évoluer avec ses trois têtes blondes, c’est un vrai plaisir. Il donne l’impression que tout est simple, et que chaque fois qu’un problème se présente, une solution existe pour tout arranger. Cependant, je le sais inquiet des questions que se posent ses enfants. Leur départ de leur mère a été tellement subit et radical, qu’il craint que chacun d’eux ne se sente rejeté, pas aimé, ou du moins, pas suffisamment. Juliette n’a que trois ans, elle a très souvent besoin des bras de sa mère, même si elle profite bien sûr de ceux de son papa. Thomas a déjà dix ans, je me rappelle encore de sa naissance, nous étions voisins depuis peu, et nous avions ouvert une bouteille de Champagne en son honneur. Il semble être le moins touché par ce départ. Et Charlène elle, a treize ans, elle dit souvent à Pascaline que sa maman reviendra, que ce n’est que provisoire. C’est un souhait qu’elle a bien sûr, mais je crains qu’elle ne soit déçue, parce que Pascaline vient d’apprendre qu’elle est partie s’installer aux États-Unis.

Je suis certain que Paul saura tout assumer, nous en reparlerons dans quelque temps.

 

The author:

author

Grand collectionneur, ce blogue me permet de prendre contact avec des gens qui ont cette même passion que moi. C’est aussi un excellente façon de partager ma vie de professionnel et d’amoureux des jeux vidéos. Oui, je confirme, ma maison doit être pleine de gadgets et de collections et oui - ça rend souvent ma femme complètement folle. Mais ceci dit, comme elle m’aime bien: elle me laisse tout stocker au sous-sol. Je sais, j’ai de la chance. Au plaisir de vous partager davantage mes passions.