• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un changement radical !

Un changement radical ! - Daniel Green

Dans la vie, la chance m’a toujours accompagné. J’ai entrepris beaucoup de choses risquées, mais, à chaque fois, j’ai réussi. Je pense que c’est aussi parce que je ne lâche jamais. Je me fixe un but à atteindre, et je persévère, jusqu’à la réussite. J’avais besoin d’être tout le temps sur un projet. Habitué à la ville, j’aimais être actif tout le temps. Mon entourage connaît ces traits de ma personnalité. Aussi, quand j’annonçais que je me retirais pour vivre une retraite anticipée, personne ne croyait que je tiendrais.

J’avais trouvé une maison qui me convenait. Une agence immobilière en avait fait la publicité sur Internet et j’avais été emballé. Très isolée, elle était perdue dans la nature. Dès que j’arrivais, je partis explorer les alentours. Au bord d’une rivière, je m’asseyais. Des rayons de soleil tombaient sur l’eau. Les branches de l’arbre au-dessus de moi, se balançaient dans un vent léger. Un oiseau chanta. C’était le paradis. Je n’aurais jamais pensé apprécier à ce point de me détendre. Je m’allongeais. Les yeux à demi-clos, je sentais le sommeil arriver. À ma droite, j’entendis du bruit dans les fourrés. Un peu inquiet, et curieux à la fois, j’attendis de voir ce qui allait en sortir. Une famille de canards, se dandina jusqu’au bord de l’eau. Amusé, je les regardais sans faire attention à ce qui m’entourait. Un autre bruit me fit me retourner. Devant moi, une chèvre mâchouillait ma veste. Elle leva la tête, déçue d’être dérangée. Je me levais d’un bond, et j’essayais de la chasser. Elle s’enfuit un peu plus loin en bêlant. Je vis alors qu’il y avait un âne, au milieu d’un champs, et accompagné de chevaux et de vaches, chacun parqués. Une barrière en bois les entourait. Je la suivis et je finis par voir une grande ferme.

Dehors, se tenait une jeune femme, une autre femme plus âgée, aux cheveux gris, et elles riaient avec quatre enfants. Un grand baquet rempli d’eau était installé dans la cour et les petits jouaient et se baignaient. Quand elles me virent, elles m’accueillirent d’un grand sourire. C’était mes voisins les plus proches. Elles vivaient là avec leurs maris, qui étaient partis pêcher. Elles me proposèrent de rester le soir pour manger les poissons qu’ils rapporteraient. Quand les pêcheurs revinrent, le repas fut préparé. Je passais une merveilleuse soirée. Voilà comment non seulement je suis resté, mais à présent, je n’aspire plus qu’à vivre dans la tranquillité.

 

The author:

author

Grand collectionneur, ce blogue me permet de prendre contact avec des gens qui ont cette même passion que moi. C’est aussi un excellente façon de partager ma vie de professionnel et d’amoureux des jeux vidéos. Oui, je confirme, ma maison doit être pleine de gadgets et de collections et oui - ça rend souvent ma femme complètement folle. Mais ceci dit, comme elle m’aime bien: elle me laisse tout stocker au sous-sol. Je sais, j’ai de la chance. Au plaisir de vous partager davantage mes passions.